Parue dans le magazine QUORUM, Vol. 46 No 3, septembre 2021, pages 23 et 24

Depuis le début de 2021, 55 nouvelles municipalités ont été initiées à la gestion des actifs grâce aux ateliers organisés par la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et le Centre d’expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU) avec l’appui financier du gouvernement du Canada à travers la Fédération canadienne des municipalités (FCM).

Dans l’ensemble, les 3 ateliers organisés à l’hiver et au printemps 2021 ont permis à 40 élus·es et à 96 employés municipaux provenant de 5 MRC différentes d’approfondir leurs connaissances en matière de gestion des actifs municipaux. Ces 55 municipalités font partie des MRC de L’Islet, du Granit, du Val-Saint-François, de Manicouagan et de La Haute-Côte-Nord.

UNE MEILLEURE VUE D’ENSEMBLE

« Chose certaine, la formation m’a permis d’avoir une vue d’ensemble plus claire de la gestion d’actifs et de voir à l’intégrer immédiatement dans nos pratiques, résume la directrice générale de la municipalité de Val-Joli, Mme Marie-Céline Corbeil. Elle a permis d’apporter une réflexion dans nos pratiques pour la planification de nos travaux et de nos infrastructures, et d’évaluer nos façons de faire en matière de gestion à long terme dans un souci de durabilité et de prévoyance. »

Il s’agit du deuxième groupe de MRC à profiter de ce Programme de gestion des actifs municipaux. Au printemps 2019, 43 élus·es et 110 employés municipaux en provenance de 70 municipalités de 5 MRC différentes ont aussi participé à des ateliers sur la gestion des actifs organisés par la FQM. À la différence du premier groupe de MRC de 2019, celui de 2021 a dû s’adapter aux règles sanitaires en vigueur et la formation se tenir entièrement de manière numérique.

La méthode était constituée de trois ateliers virtuels distincts d’une demijournée pour les participants de chaque cohorte. L’équipe était formée de Mme Marie-Élaine Desbiens, ingénieure, et M. Donald Lurette, andragogue, tous deux du CERIU, de M. Dominic Lachance, ingénieur et directeur de l’ingénierie et infrastructures à la FQM, de Mme Pauline Michèle Ngom, candidate à la profession d’ingénieur, responsable en gestion des actifs à la FQM et de M. Jean-Michel Drolet, adjoint à la direction ingénierie et infrastructures de la FQM.

LE DÉROULEMENT DES ATELIERS

L’atelier no 1 a débuté par une première activité consacrée à la prise de contact avec la gestion des actifs par une autoappréciation des pratiques de gestion à travers l’outil Asset Smart en sous-groupe par équipe municipale. Chaque équipe municipale devait trouver un consensus entre ses membres sur le niveau atteint en gestion des actifs par la municipalité pour chacun des 21 énoncés de l’outil.

L’activité suivante était consacrée à une étude de cas. En sous-groupe, les participants ont été invités à faire une planification des investissements dans le réseau routier d’une municipalité de petite taille pour les 20 prochaines années. L’exercice a permis de réfléchir sur les étapes d’élaboration d’un plan d’investissement à long terme, d’identifier les éléments clés et de définir le type d’appui nécessaire.

La dernière activité était consacrée aux apports théoriques des formateurs en plénière sur la démarche type pour élaborer un plan de gestion des actifs. Sept éléments clés sont à prendre en considération : l’état de situation, la demande future, le niveau de service, les risques, la gestion du cycle de vie, le plan d’investissement à long terme et le plan d’amélioration et de suivi.

L’atelier no 2 a débuté par une activité consacrée à l’identification des défis, des enjeux et des pistes de solution pour la mise en place d’une démarche de gestion des actifs. L’activité suivante était consacrée à apporter quelques éléments théoriques en gestion des actifs et la présentation de la boucle de gestion d’actifs par les formateurs. Après quoi, les participants ont été appelés à identifier en équipe municipale un projet ou une stratégie à réaliser à court terme.

L’atelier no 3 avait pour objectif de revoir les connaissances acquises lors des deux premiers ateliers et d’échanger sur les besoins d’accompagnement pour les futurs ateliers. Les participants ont également été invités à refaire leur autoappréciation par municipalité avec l’outil Asset Smart afin d’évaluer leur progression à la suite des ateliers.

UN EXERCICE UTILE ET FORMATEUR

« La formation offerte par la FQM sur la gestion d’actifs a été un bon exercice pour la municipalité de Nantes, affirme le directeur général et secrétaire-trésorier de la municipalité, M. Ali Mohammed Ayachi. Ma participation avec celle d’un conseiller municipal a permis dès la première rencontre de nous donner une base de réflexion sur la gestion existante des actifs municipaux, une réflexion qui a même été rapportée aux membres du conseil afin de les conscientiser à l’importance d’avoir des objectifs, de la formation et de la planification. »

« La formation nous a aussi offert un outil d’évaluation qui nous a clairement aidés à situer notre performance même si on est dans un niveau débutant, poursuit-il. De même, la formation par le biais d’exercices en groupe a permis d’avoir un bon échange avec des municipalités de même taille, mais aussi avec des municipalités plus grandes. Cet échange a été extrêmement positif et a permis de constater qu’une gestion d’actifs n’est pas un plan, mais un processus, comme expliqué par les formateurs. »

Pour sa part, le directeur général de la municipalité de Richmond, M. RémiMario Mayette, affirme que la formation lui a permis de démystifier le concept de la gestion des actifs municipaux tout en fournissant des outils pour mener à bien l’exercice au sein de son organisation. « La formation offerte par la FQM est très pertinente et mérite que les gestionnaires municipaux y consacrent du temps. Avant de suivre la formation, je percevais la gestion des actifs comme un exercice lourd et exigeant alors que ce n’est pas tout à fait le cas. »

La formation a d’ailleurs permis au directeur général de la municipalité de Nantes d’élaborer lui-même un outil pour recueillir les données nécessaires pour mettre en place un plan de réfection des chemins de la municipalité. « Le responsable de voirie a été mis au courant qu’un processus doit être suivi afin de bien planifier les travaux de la municipalité et que la participation du service de voirie dans le recueil des données est importante afin de bien cibler, contrôler et planifier les travaux ayant des aides du gouvernement, poursuit M. Ayachi. De même, le conseil municipal soutient ma démarche. »

LA CLÉ DU SUCCÈS : LA PARTICIPATION DES ÉLUS·ES

« J’ai trouvé cette expérience très enrichissante tant du point de vue des connaissances acquises que de l’importance de mettre en place les actions requises afin d’être en mesure de bien documenter tous les actifs municipaux pour en assurer une meilleure gestion », affirme la directrice générale et secrétaire-trésorière de la municipalité de Longue-Rive, Mme Chantale Otis. Selon elle, il est évident que la réussite d’une démarche de gestion des actifs passe par la participation des élus·es qui doivent saisir l’importance de l’enjeu et prioriser les actions.

« Le défi des municipalités demeure l’expertise requise afin d’être en mesure de bien évaluer l’état et les coûts de modernisation et de remplacements des infrastructures municipales. Les plus petites municipalités ne disposent pas des ressources professionnelles et n’ont pas non plus les sommes requises afin de donner des mandats à l’externe. Nous devrons collectivement réfléchir à la solution pour être en mesure de viser une meilleure gestion de notre patrimoine québécois. »

Selon les données recueillies à l’issue des ateliers organisés conjointement par la FQM et le CERIU, l’exercice a permis d’améliorer la compréhension de 83 % des participants en matière de gestion des actifs. L’assistance technique directe et la sensibilisation auprès des municipalités ayant participé à cette cohorte se poursuivent jusqu’à la fin 2021.

L’activité d’assistance technique et de sensibilisation en gestion des actifs destinée aux employés et aux élus·es de petites et moyennes municipalités est offerte dans le cadre du Programme de gestion des actifs municipaux administré par la Fédération canadienne des municipalités et financé par le gouvernement du Canada.