Par Sébastien Rainville, directeur Gestion des risques, La Mutuelle des municipalités du Québec

Au cours des trois dernières années, le sud du Québec a reçu des chutes de neige supérieures à la normale des trente dernières années[1]. Les hivers sont aussi ponctués de grandes variations de température qui se produisent sur de courtes périodes. Ces conditions ont pour effet d’augmenter le poids devant être supporté par les bâtiments municipaux et ont mené à une augmentation considérable des cas d’effondrements de bâtiments dans les dernières années.

Comme les modèles climatiques démontrent que cette tendance se poursuivra[2], il est important de comprendre en quoi ces changements peuvent affecter les risques d’effondrement et, surtout, comment les municipalités peuvent améliorer leurs façons de faire pour réduire les risques.

Facteurs aggravants

  • De nombreux bâtiments municipaux sont vieillissants. Notre expérience démontre que plus de 95 % d’entre eux ont été construits avant 1989, et plus de 30 % ont été construits avant 1969;
  • Les opérations de déneigement de toiture sont souvent réalisées tardivement, à la suite d’une évaluation visuelle sommaire, bien que l’épaisseur de neige ne soit pas corrélée directement à la charge réelle supportée par un toit;
  • Certains bâtiments municipaux ont déjà souffert de dommages structuraux, dus aux importantes quantités de précipitations soutenues dans les dernières années;
  • Les gestionnaires des municipalités doivent souvent choisir quels bâtiments déneiger en raison des ressources limitées.

La solution : les protocoles de déneigement

Afin de réduire les risques d’effondrement, les municipalités ont intérêt à prioriser leurs opérations de déneigement de toitures en s’appuyant sur des protocoles de déneigement, établis au préalable par un ingénieur, pour chacun de leurs bâtiments. Cette méthode permet de mieux prévoir les efforts de déneigement selon l’importance du risque que pose chaque bâtiment.

À noter que tous les bâtiments n’ont pas la même importance quant au risque d’effondrement. Certains sont plus fréquentés, d’autres ont une plus grande valeur inhérente ou en contenu et d’autres ont une importance critique pour la livraison de services. Par exemple, un vieux garage abritant des véhicules et équipements de grande valeur et qui revêt une importance stratégique pour les opérations sera déneigé en priorité, en fonction du protocole de déneigement qu’aura établi l’ingénieur.

Il est donc recommandé aux municipalités d’effectuer un inventaire détaillé de leurs bâtiments et d’arrimer celui-ci à un protocole de déneigement. Cela permet aux gestionnaires de prioriser les actions en déneigeant d’abord les bâtiments à plus haut risque.

Pour obtenir davantage d’information sur les meilleures pratiques en gestion des risques liés aux structures de vos bâtiments municipaux, contactez notre équipe de la gestion des risques ou visitez le mutuellemmq.com.

_________________________________________________

[1] https://www.ouranos.ca/portraitsclimatiques/#/

[2] Synthèse des connaissances sur les changements climatiques au Québec Édition 2015, https://www.ouranos.ca/synthese-2015/