Parue dans le magazine QUORUM, Vol. 47 No3, septembre 2022, pages 53 à 57

 

Les avantages de l’achat local sont bien connus : soutien à l’économie locale, fraîcheur des produits, proximité – donc moins de déplacements polluants qui demandent du temps – et sentiment de fierté de dire à nos invités que ce bon produit est fait tout près de chez soi. Partout au Québec, des gens font preuve de créativité et de dynamisme pour promouvoir les produits locaux. Voici quatre initiatives inspirantes. 


MRC de Mékinac : opération transformation avec le défi 10×52

Située en Mauricie, la MRC de Mékinac est constituée de 10 municipalités et 4 territoires non organisés pour un total d’un peu plus de 12 000 habitants. « C’est un milieu tissé serré, raconte Alexis Rheault, coordonnateur à la vitalisation et aux communications à la MRC de Mékinac. En début de pandémie, les gens ont adhéré au mouvement d’achat local, mais avec l’arrivée de l’hiver et du déconfinement potentiel, on a ressenti une baisse. Des entrepreneurs ont commencé à allumer une lumière rouge en début d’année en nous disant qu’ils avaient leurs pires résultats depuis 15-20 ans. Ça nous a sonné des cloches! De forts jalons de chez nous étaient inquiets pour leur santé financière. Il fallait faire quelque chose pour recréer le lien entre les citoyens et les commerces locaux.

L’équipe du service de développement économique de la MRC de Mékinac a donc regardé le portrait de la situation et s’est dit que si elle ne pouvait pas aider directement les entreprises, elle pouvait au moins influencer les comportements d’achat. De là est née la vaste campagne de promotion Défi 10×52 Mékinac.

Transformer 10 $ d’achat chaque semaine faits à l’extérieur par un achat à un commerce local : voilà le défi que la MRC de Mékinac a lancé à ses citoyens, pour un potentiel de retombées de près de 6 M$ par année.

 

 

 

 

« Ce qu’on demande aux gens, c’est de transformer 10 $ par semaine des achats qu’ils font ailleurs en 10 $ achetés dans nos commerces locaux. On ne leur demande pas de dépenser plus, et ça, c’est important. On leur demande tout simplement de déplacer leur 10 $ ici en leur faisant valoir que le prix est à peu près le même, mais que le service est bien meilleur, explique M. Rheault. Avec une population de 12 000 habitants, 10 dollars pendant 52 semaines, ça signifie plus de 6 millions de dollars de retombées annuelles dans le milieu. »

Pour faire adhérer la population à ce principe de transformation d’habitude d’achat, des campagnes de promotion ont été conçues et seront diffusées tout au long de l’année. L’équipe du service de développement économique a ciblé 11 héros de l’économie locale qui seront les visages de la campagne, tantôt dans des publicités, tantôt dans des capsules vidéo ou autres interventions. Le but ultime étant de rallier les gens à leur environnement local. « Ce sont les meilleurs ambassadeurs, ils sont nos voisins, nos amis, notre milieu. Ils sont issus de divers types d’entreprises et sont représentatifs de l’univers économique de Mékinac, précise M. Rheault. L’idée est d’humaniser l’achat local. Quand on va acheter du tissu, on ne va pas chez le marchand de tissus, on va chez Martine. »

La créativité connaît peu de limites pour l’équipe derrière cette vaste campagne de promotion. À preuve : en juin, elle a lancé une sauce piquante aux couleurs et saveurs de Mékinac. La Mékin’Aïe Aïe Aïe a été conçue et produite pour une entreprise locale, puis distribuée dans une dizaine de restaurants et services de traiteurs. Leur mission : concevoir un plat à mettre à leur menu avec cette sauce. On l’a même retrouvée dans un café de spécialité et une tarte au chocolat! Puis, les résidents de la MRC de Mékinac étaient invités à visiter ces commerces pour aller y manger ce fameux plat, en échange d’une participation au tirage d’un barbecue. « Des initiatives comme celle-là, il y en aura de mois en mois afin de créer des opportunités de découvrir ou redécouvrir nos commerçants locaux », ajoute M. Rheault.

Ces actions seront notamment déterminées à partir d’un sondage en ligne que le Service de développement économique de la MRC de Mékinac a tenu dès les premiers moments de cette campagne afin de mieux comprendre les habitudes de consommation des gens du milieu et de connaître quels sont les produits qu’ils se procurent ailleurs. Près de 1 000 répondants ont pris le temps de donner leur avis.

« C’est une campagne évolutive, on se rattache beaucoup à notre milieu. On a de tout chez nous, alors on veut créer une belle synergie autour de notre économie locale. Nous avons lancé cette campagne en mars, mais ce n’est pas exclu qu’on la prolonge », conclut M. Rheault.

MRC de la Matapédia : chaque petit geste compte

La Matapédia, contrée située à l’intérieur des terres, entre la Baie-des-Chaleurs et le fleuve Saint-Laurent, regorge de petits fruits et autres produits gourmands. Des initiatives visant à encourager l’achat local sont mises en place par l’équipe de développement ainsi que l’équipe de la Chambre de commerce de la MRC de la Matapédia. « C’est important pour nous de valoriser les entreprises d’ici et c’est dans les petits gestes qu’on est local. C’est cette philosophie qu’on utilise », explique Chantale Lavoie, préfète de la MRC de la Matapédia.

Parmi les nouveautés de cette année pour mettre en valeur les producteurs locaux, un Marché nomade. « On a un marché public d’été à Amqui depuis quelques années, mais avec 18 municipalités, ça n’adonne pas toujours aux gens de se déplacer jusqu’à Amqui. Alors cet été, le marché s’installera dans quelques municipalités selon un horaire qui est établi et affiché à l’avance », explique Mme Lavoie. Ainsi, du 16 juillet au 8 octobre, à raison d’un samedi sur deux, le marché public prend la route.

Des actions ont également lieu à d’autres moments de l’année, notamment grâce au partenariat avec la Chambre de commerce de la MRC de la Matapédia afin de contrer les achats en ligne ou hors région. La plus récente campagne s’est tenue de l’automne 2021 à l’été 2022 avec des moments forts comme « La Matapédia, mon centre d’achat! » ou « La chasse aux codes »; les gens pouvaient remporter des prix totalisant plus de 30 000 $.

« Depuis quelques années, nous avons aussi des boîtes cadeaux de produits pour la période des Fêtes, avec des thématiques différentes comme la boîte sucrée ou la boîte soins de beauté. L’an dernier, c’est près de 1 000 boîtes qui ont été achetées par les entreprises pour offrir en cadeau! », souligne Mme Lavoie.

Dans son règlement portant sur la gestion contractuelle, la MRC de la Matapédia a également prévu une clause de préférence lui permettant d’encourager l’achat local. Celle-ci stipule que dans le cadre d’un appel d’offres sur invitation où le choix se porte sur le plus bas soumissionnaire conforme, la MRC peut stipuler une clause de préférence dans les documents d’appel d’offres. Ainsi, la MRC pourrait adjuger le contrat à une entreprise locale, même si celle-ci n’est pas le plus bas soumissionnaire, à la condition que l’offre soit conforme et que le montant soumissionné ne dépasse pas de 5 %, taxes incluses, celui le plus bas soumissionnaire dans le cas de contrats de moins de 50 000 $, et de 2,5 %, taxes incluses, dans le cas de contrats de plus de 50 000 $. « Nous avons souhaité nous donner le cadre légal nécessaire pour pouvoir choisir des entrepreneurs locaux, tout en respectant ce qui entoure l’adjudication de contrats pour une municipalité », explique la préfète, qui souligne qu’un critère similaire fait aussi partie de la grille d’évaluation de la MRC lorsque les élus·es ont à évaluer des demandes d’aide financière pour des projets dans leur milieu.

« Pour que notre économie soit florissante, l’achat local doit faire partie de notre ADN. Ici, on a des produits de qualité et c’est dans nos gênes que de les faire connaître. Par exemple, lors du banquet annuel, ce sont des produits locaux qui servent à cuisiner le repas. Et lorsque nous allons au Congrès de la FQM, nous amenons de nos produits locaux pour les faire découvrir à des gens de partout au Québec », conclut Mme Lavoie.

Vous pourrez lire la suite de cette chronique prochainement.